Rencontre avec le Pape François

Esprit Civique fait partie d’une délégation reçue aujourd’hui par Pape François à Rome.
Retrouvez ci-dessous le questionnement à partir duquel nous conduirons la délégation.

 

La vision du personnalisme nourrit de façon juste l’action politique aujourd’hui parce qu’elle instaure une cohérence entre les finalités de la communauté politique, le bien commun, l’attention prioritaire aux plus fragiles et la reconnaissance inconditionnelle de la dignité de chaque personne, celle-ci étant entendue comme une dignité qui se manifeste dans la relation à autrui. C’est la rupture de cette cohérence qui nous semble être au coeur de la crise du politique, soit que l’idée du bien commun ait été congédiée, soit qu’elle doive simplement résulter de l‘addition des préférences individuelles.

Aujourd’hui, l’autorité politique se perd à mesure que s’évanouit la transcendance de notre horizon commun. Le pouvoir politique est faible de la faiblesse d’une société sans idéal digne de notre humanité. Sans récit républicain, ni dessein européen, nos sociétés souffrent d’un déficit d’espérance. Nous sommes au double défi d’une sortie de l’individualisme et d’un nouvel âge de la mondialisation.

Nous venons à vous comme des petits chercheurs à la rencontre d’un grand !  

Laudate Si, votre discours à Strasbourg, celui de Santa Cruz et tant d’autres sont pour nous une ressource extraordinaire pour nos engagements. Écoutés avec respect, curiosité et souvent enthousiasme bien au-delà des cercles chrétiens, vos paroles et vos actes fécondent le dialogue entre les champs spirituels et politiques.

Des milliers d’initiatives citoyennes dans le monde témoignent d’une attente éthique qui nous libère de l’idolâtrie et des esclavages contemporains.

Partagez-vous notre intuition que le personnalisme permet, aujourd’hui encore, une critique de la modernité qui ne soit pas réactionnaire ?

Pouvez-vous partager avec nous les clés de votre pédagogie qui nous impressionne par sa force et sa radicalité ? Comment déchiffrer le monde et associer toutes les bonnes volontés à la découverte de solutions nouvelles ?

Cette pédagogie de la transition vers des temps nouveaux est un enjeu sensible et singulier pour les milieux populaires victimes de l’ultra libéralisme et tentés par le repli identitaire, le rejet de l’étranger. Comment votre appel à la Miséricorde peut il nourrir – avec eux – un projet humaniste qui donne du sens aux mutations actuelles de la révolution numérique à l’accueil des migrants ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *