Sommet des conciences pour le Climat

Par Philippe Segretain

Le titre même de cette conférence organisée au Conseil Economique Social et Environnemental par Nicolas Hulot, en présence du Président de la République, avec l’appui notamment de Bayard Presse et des Semaines Sociales de France, a pu vous faire sourire. Rassurez-vous, il s’agissait moins de succomber à la tentation de se prendre pour une conscience, que de partager une analyse et de proposer d’agir, « en conscience ».

Sous l’austère et harmonieux demi-cercle en béton d’Auguste Perret, la convergence des analyses sur le péril pour la planète et l’humanité était attendue ; mais l’émotion fut de partager le discours d’un abbé taoïste, d’un dignitaire shintoïste ou encore d’un écrivain irakien qui nous a rappelé ce que nous devons, nous croyants, fils d’Abraham, à un écosystème : les cultures irriguées et les dattes de la Mésopotamie. Puis nous avons fermé les yeux, tous, élus et clercs, ou simples invités, à l’invitation d’une Vénérable, et jeune, moniale de Taiwan, pour intérioriser son long chant, sa prière vespérale à la nature. La nature a donc une voix, la culture. L’Esprit peut donc souffler en politique, pour éduquer, convertir et glorifier, a proposé le Patriarche Œcuménique de Constantinople.

Une inquiétude, des chemins.

L’inquiétude vient de l’évaluation faite par les politiques : la COP 21 est loin d’être gagnée, les Etats n’ont pas d’âme, ils n’ont que des intérêts. La lutte pour la solidarité dans la protection des communs, l’air, l’eau, la biodiversité, le climat, ne peut donc être déléguée au seul et nécessaire niveau politique, elle exige conversion, et à côté de ces soutanes orthodoxes, de ces turbans et de ces croix plus discrètes, ce mot parle de retournements et de prise en compte d’autres langages, au-delà de la seule raison.

Première piste qu’Edgard Morin annoncé aurait pu synthétiser autour du rapport entre le sujet, l’espèce et la société : cette nécessaire tension entre l’individu et l’humanité qui l’accueille fut résumée par une proposition du représentant de l’Agha Khan suggérant la rédaction et l’adoption d’une « Déclaration Universelle des Devoirs de l’Homme ».

La deuxième piste sous tendait l’objet même de la rencontre : l’appel aux spiritualités pour la nécessaire mutation. Et François Hollande a dit « J’ai lu l’Encyclique Laudato Si’, et je prends acte de cette contribution », donnant ainsi corps à une définition de la Laïcité comme méthode pour enrichir la cohésion sociale de l’apport des spiritualités.

L’Esprit au secours de la reliance, l’Esprit pour nous relier au-delà des mers et des générations ? Un Esprit Civique donc, c’est à dire la nécessaire prise en compte de ce que la dimension spirituelle nous dit de l’autre, des autres. Un Esprit Civique, condition de possibilité de ré-enchanter la politique.

Cérémonie de clôture autour du chanteur sénégalais Cheikh Lô, avec Nicolas Hulot, les Ministres Ségolène Royal et Laurent Fabius, et le Président du CESE, Jean-Paul Delevoye.

Cérémonie de clôture autour du chanteur sénégalais Cheikh Lô, avec Nicolas Hulot, les Ministres Ségolène Royal et Laurent Fabius, et le Président du CESE, Jean-Paul Delevoye.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *